nudité simple

 

Déshabillée et au lit

déshabillée au lit

 

la nudité est un tabou

La sortie du lit, pudeur étrange des partenaires qui se sont côtoyés nus, sous une couette pendant une nuit d’échanges des fluides, et au levé, les corps se voilent, une gène s’installe, la lumière n’est pas rallumée, et si le jour perce au travers des rideaux, chacun essaie de faire durer le plus possible avant de se lever, nu, fesses offertes, cambrure cambrée, et les mains, les bras dont on ne sait pas trop quoi faire, geste futile de masquage d’une zone, puis d’une autre,sans trop savoir laquelle choisir de montrer, laquelle cacher.

Et les femmes veulent escamoter ce qui dépasse, cuisses, fesses, seins, ou ce qui ne dépasse pas, avec la peur affichée de déplaire à leur compagnon, d’un soir, d’un mois, ou d’une vie ; presque un corps d’adolescente voudraient-elles avoir désespérément, oubliant sans doute que leur adolescence a été leur pire cauchemar, ces seins qui pointent sous des pulls démesurément difformes, ces cuisses, ces hanches qui tardent à prendre leur forme et une fois celle-ci acquise, quelle horreur, j’ai des hanches de juments, ou alors, j’ai trop de fesses, ou pas assez, enfin, rien qui ne motive vraiment à se montrer devant l’homme qui reste enfoui sous la couette, oubliant, sciemment ou pas, que celui-ci complexe de se lever…. Le jean hier, tenait les fesses hautes et fermes (un joli petit cul ce mec…), le boxer cachait l’objet des lits (ou du délit), et la chemise négligemment entrebâillée sur le torse ne montrait pas la réalité d’un ventre un peu plus rond qu’on ne le voudrait.

    Du coup, chacun fait son complexe dans son coin, et en oublie de regarder l’autre, réglant du même coup ce problème de nudité qui angoisse chacun de son coté.

Et pourtant, ce que j’ai vu, d’elle, d’elles, j’ai aimé, un cul, rond ou plat, des seins opulents ou a peine d’adolescente ; Et elle, a-t-elle aimé mon ventre, mes bras, et la forme de ma queue en elle ? Oui, certainement, mais nous nous sommes a peine vus nus, dans notre simplicité la plus évidente…   Il va falloir réparer ça non ?

Alors on se deshabille tous en cœur

%d blogueurs aiment cette page :